AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Tentons de continuer à vivre, juste vivre. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Mediam Noctem





MessageSujet: « Tentons de continuer à vivre, juste vivre. »   Jeu 24 Fév - 22:22




« Tentons de continuer à vivre. »




WHAT'S MY NAME ?
NOUS, ON SURVIT.
Voilà les personnes qui sont potentiellement "neutres". Soit elles ne sont ni pour, ni contre la Rébellion, soit elles se taisent, et continuent simplement leur vie comme avant (autant qu'elles le peuvent). Car il faut énormément de courage pour se dresser contre les forces obscures qui se lèvent de parts et d'autres du monde, certains n'ont pas la force, ou simplement pas l'envie de se révolter. Eux, se contentent de trembler de peur - ou pas - tout en attendant que tout soit finit, et que la vie normale puisse enfin reprendre son cours.

MEDIAM NOCTEM © 2011 Candids
copie totale ou partielle interdite.



Dernière édition par Mediam Noctem le Mar 17 Mai - 17:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mediam Noctem





MessageSujet: Re: « Tentons de continuer à vivre, juste vivre. »   Jeu 24 Fév - 22:22




« Eve Blueberry Delacroix »






RELATIONSHIPS
DAERON O. HEMINGWAY •• NICO TORTORELLA

Voilà l'une des seules personnes qui soit au courant pour mes angoisses. Et le pire, c'est que je le connais à peine ! En fait je l'ai rencontré il y a de cela quelques mois, alors que j'étais en crise. Je m'étais isolée, pensant (à tort bien apparemment) pouvoir rester tranquille le temps que ma crise ne passe. Il m'a proposé de l'aide, et je n'ai rien pu faire d'autre que de m'agripper à lui, et rester dans l'enceinte rassurante de ses bras. Oui, je sais, étrange ce que j'ai fait alors que ce n'était qu'un inconnu. Mais ça m'a permis de calmer et, honteuse, j'ai fui. Lorsque je l'ai recroisé, je l'ai ignorée - mais apparemment il tenait à me parler, alors je lui ai mis les points sur les i : il n'avait pas intérêt à parler de ça à qui que ce soit. Qu'il m'ai vu dans cet état de faiblesse me met hors de moi, et que je me sois laissée aller contre lui encore plus. Et le pire dans tout ça ; je m'étais proposée pour servir de "guide" à des réfugiés/résistants et sur qui je tombe ? Je vous le mets dans l'mille ! Ceci dit je dois avouer que désormais, même lorsqu'on se prend la tête, j'aime particulièrement passer du temps avec lui. Irf!



J. NATHANIEL BLACKBURN •• JONATHAN RHYS MEYER

Moi qui était si fière de n'avoir aucune attache, de ne me fier qu'à moi-même et d'être si indépendante, voilà que cet homme m'a prise au piège. Désormais je ne pense plus qu'à lui, et je pourrais tout faire pour lui plaire, et pourtant ça heurte mon égo, ma fierté. C'est une douleur que j'aime attiser en étant à ses côtés, que j'aimerais pouvoir adoucir lorsque je suis loin de lui. Il n'a fallu que quelques mots et quelques sorts lors d'un entraînement pour me fourrer dans ce guêpier. Désormais lorsqu'il est dans la même pièce que moi, je sens mes entrailles se contracter, et je ne me sens belle que lorsque son regard se pose sur moi. Et même si je sais que je suis déjà perdue, que je suis toute à lui, je me débats, je l'envoie balader 1 fois sur 3 car je n'aime pas cette emprise qu'il peut avoir sur moi. Et lors des 2 autres fois, je suis aux anges. J'essaie de ne pas dépasser la limite que je me suis imposée, mais bordel, qu'est ce que c'est dur !



L. ZELL WILLIAMS •• RUPERT GRINT

Lors de ses premières années à Mediam Noctem, pour tout vous dire, je ne l'avais même pas remarqué. Il était plus jeune, et puis il était un XPO. Et puis de toutes manières, j'ai entendu qu'au début, c'était un vrai looser. Pas le genre de jeunes hommes que je fréquentais quoi. Mais il y a deux ou trois ans ça a changé : il est venu aux fêtes que l'on faisait, et je l'ai remarqué par son comportement - il était sûr de lui, joyeux, blagueur... bref, foutrement sexy. Je savais que je lui plaisais bien évidemment, mais j'ai tout de même attendu avant de faire le premier pas vers lui. Une sacrée amitié améliorée qu'on a eu, ça je vous le dis ! Il me faisait toujours rire, et il était sympathique. Mais depuis quelques temps il a bien changé, et je ne le reconnais même plus. Il est plus sombre, plus mystérieux. Il ne me fait même plus rire. Et même les désormais rares fois où l'on se retrouve (qui me permettent de me vider la tête) il ne me parle plus.






UN CARACTÈRE BIEN TREMPÉ
Beaucoup disent de moi que je suis une garce... et oui, c'est vrai, je dois l'avouer, j'en suis une la plupart du temps. Car j'aime être au centre de l'attention, prendre les décisions, bref, être celle que les autres regardent du bas de la terre ferme, tandis que je suis posée sur mon piédestal. Piédestal sur lequel ils m'ont mis tous seuls bien entendu. Pourtant je dois l'avouer en cours je ne suis pas très bonne, je suis intelligente certes, mais cela ne m'intéresse pas : je suis superficielle. Même s'il m'arrive parfois d'être douce et compatissante (je dis bien parfois). Que voulez-vous ? Mon crédo pour l'instant, c'est profiter de la vie. Car je dois avouer qu'en fait le futur me fait plutôt peur, alors oui, je préfère me cacher derrière mes belles illusions, et continuer ma vie, presque comme si de rien n'était. Mais il m'arrive tout de même d'avoir de ces moments où je m'inquiète, et alor mes crises d'angoisses peuvent se révéler presque insoutenables. Et surtout, pas question que quelqu'un soit au courant de ça, je ne peux être la petite chose fragile qu'il faut protéger, après tout, je suis tout de même la présidente de DGS !
L'HISTOIRE DE SA VIE
Personne ne connait réellement mon histoire mais je peux vous le dire, contrairement à ce que j'aime faire croire, ce n'est pas vraiment un conte de fées. Ma mère est morte lorsque j'avais 2 ans. Évidemment, je n'ai aucun souvenir d'elle donc je ne peux en être triste. A cette époque il parait que l'on vivait en France - elle était française, et mon père étant américain. Mon père commença alors à m'éduquer seul (enfin si l'on peut appeler ça "éduquer"). A partir de cette date, mon père s'est détourne de plus en plus de moi, semblant même éviter le moindre contact avec le petit bout de chou que j'étais. Plus tard, je m'en convaincrais que c'est parce qu'il ne m'aime pas, alors que c'est seulement qu'il ne peut supporter la perte de sa femme et leur fille est son reflet. Et plus le temps passe, plus il a de mal à se convaincre de renouer avec moi, sa propre fille. J'ai découvert que j'étais une sorcière à l'âge de 11 ans, lorsqu'une taupe m'apporta ma lettre de prior annuae, et enfin, je me suis rendue compte que j'étais un peu spéciale. Mais très vite ceux qui connaissaient déjà la magie nous on rejoint, et à nouveau je me suis sentie comme une moins que rien. En grandissant, je suis devenue jolie, et même belle, et c'est un tout nouveau pouvoir grandissant et grisant que j'expérimentais alors : les gens voulaient me plaire. Enfin, j'étais le centre de l'attention, enfin je recevais l'attention que je méritais !! La veille de mon entrée à Mediam Noctem, j'ai reçu une taupe qui changea ma vie : elle provenait de ma famille en France, apparemment ils avaient retrouvé ma trace. Et plus étonnant encore : ils étaient sorciers ! Comment mon père avait-il pu me cacher ça ? Depuis, j'ai renoué avec eux, et je passe tous mes étés en France. Mais depuis quelques temps, je n'ai plus de nouvelles, et j'en suis tout simplement effrayée. Alors je me contente de vivre ma vie au jour le jour, essayant d'oublier cette peur sans nom.



    ΔΓΣ
    delta gamma sigma

J'entre dans ma vingt-quatrième année.
Il me semble que je suis célibataire. Mais amoureuse.
Totalement Neutre.

Libre Pris(e)




MEDIAM NOCTEM © 2011 Candids
copie totale ou partielle interdite.



Dernière édition par Mediam Noctem le Mar 17 Mai - 16:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mediam Noctem





MessageSujet: Re: « Tentons de continuer à vivre, juste vivre. »   Jeu 24 Fév - 22:22




« Jésus Léonidas Harryson »






RELATIONSHIPS
ELEA M. LAZARUS •• DEBORAH ANN WOLL

Si j'étais un ado en mal d'amour, je vous dirais que cette fille m'a complètement hypnotisé. Mais je ne suis pas comme ça, pas du genre romantique. Et pourtant oui je dois l'avouer, elle me fascine. Il y a chez elle quelque chose qui m'attire irrémédiablement. Certains de mes amis diraient que c'est parce qu'elle me résiste -et c'est vrai je n'y suis pas franchement habitué- mais je pense qu'il y a également plus que ça. Avec son air froid et distant, elle possède une beauté telle que j'en ai rarement vu. J'ai essayé maintes fois de lui adresser la parole lorsque je la croisais dans Mediam Noctem ou les fois où je venais dans le Bastion, mais elle fuyait à chaque fois comme une bête sauvage. Puis le destin m'a donné un coup de main, et un soir, nous nous sommes retrouvés enfermés dans une pièce, sans nos baguettes (bon, certes j'y étais pour quelque chose)... Et là, nous avons enfin communiqué, on a ri, et elle m'a même un peu raconté son histoire. Depuis, j'ai encore plus envie de la revoir, mais elle continue de me fuir et de m'échapper. Mais plus pour longtemps, je peux vous l'dire !



J. EZECKIEL LLOYD-WOOD •• ED WESTWICK

Ce mec, je sais pas pourquoi, mais je ne l'ai jamais senti. Il m'a l'air trop aimable, trop... accommodant. Alors qu'il m'est souvent arrivé, en l'observant bien, de remarquer un petit sourire narquois ou même méprisant quand il s'adressait à ces gens qu'il disait ses amis. Non, j'en suis persuadé, il cache quelque chose. Je ne sais pas ce que c'est, mais je suis sûre qu'il n'est pas honnête. Il trompe son monde, c'est obligé ! Et pourtant, j'ai bien souvent essayé de le prendre en défaut, épiant parfois ses gestes, mais il n'a jamais fait de pas de travers. Alors oui, il m'arrive parfois de me dire que je me fais des illusions, et que je suis juste un peu trop parano, mais ça ne dure pas longtemps. Un jour je n'y ai plus tenu, et l'ai confronté devant un petit nombre de personnes. Mais il sait tellement bien manipuler son monde que bien évidemment, ils ont tous pris sa défense. Alors je suis parti, furieux. Et ses sourires polis et presque arrogants qu'il m'adresse quand il me croise, j'ai envie de les lui faire ravaler à coups de poings dans la face. Mais je me retiens tant bien que mal.



L. ZELL WILLIAMS •• RUPERT GRINT

Zell, bien qu'étant plus jeune que moi, était l'un des frères de XPO avec lesquels je m'entendais le mieux. Ensemble on a beaucoup fait la fête, on a beaucoup fait de conneries aussi. Je me rappelle encore lorsqu'on était allé soudre grâce à un sort la porte d'entrée des PIO en pleine nuit, ça avait été un tour mémorable. Et les pi iota oméga s'en rappellent encore eux aussi, pour sûr ! Bref, c'était un mec sympa, drôle et avec qui on s'amusait toujours. Mais depuis peu, il a énormément changé. Maintenant c'est comme si nous ses frères de la fraternité nous n'existions plus -ou presque. Il est devenu froid, distant, et je me demande ce qui a pu se passer pour qu'il change du tout au tout de cette manière. Alors de temps en temps, j'essaie de renouer, et j'essaie de lui faire cracher le morceau, mais apparemment c'est peine perdu. Dommage, je l'aimais bien.






UN CARACTÈRE BIEN TREMPÉ
Je ne suis pas homme aux plaisanteries, aux rires et aux accents de niaiseries. Je suis calme, posé et surtout je sais ce que je veux. Ma vie n’a jamais été stable, dans mon enfance. Désormais rien n’est laissé au hasard, c’est de stabilité dont j’ai besoin, et maintenant elle est là. Je ne suis pas un noir personnage ; mon cœur n’est pas froid, il est tiède. Je ne suis pas un robot, j’ai juste été un peu trop programmé pour être naturel. La vie ne m’a pas fait que des cadeaux, mais j’ai tout de même été plus loin que je ne l’imaginais. J’ai tenu bon, j’ai eu confiance en mes capacités. Et dieu sait que j’en ai des capacités. Je ne les tiens sûrement pas de ce père qui me fait honte. Je suis une personne bonne et généreuse. J’ai juste besoin de ce déclic. Mon cœur est pur, mais blessé, tout comme ma fierté. Que voulez-vous que je dise de plus ? Je n’ai jamais aimé. Parce que j’avais peur, peur de découvrir une autre nature encrée au plus profond de mon être. L’angoisse de lui ressembler. Vous savez mon père, c’est le mec qui fait mal aux filles. Aux jeunes filles. Mon père, c’est l’antihéros par excellence. Mon père, je le hais. Mon père, je le fuis.
L'HISTOIRE DE SA VIE
Ma vie elle était moche quand j’étais enfant. Trimbalé que j’étais. De maison à maison. J’aurais pu rester sur place, dans un orphelinat. Mais j’essaye toujours de dire oui aux familles. J’espérais leur convenir et un jour leur parler comme à mes parents. Mais des parents je n’en avais pas. Enfin, pas tout à fait. J’avais eu un père, et une mère. Comme tout le monde, je n’étais pas né par le saint esprit. Ma mère était riche et descendait d’une noble famille. Elle était un peu naïve. Un peu beaucoup sans doute. Après tout n’a-t-elle pas fuit sa lignée pour un clochard du bout de la rue ? Oui, je parle bien d’un père, du mien même. Il l’avait mis enceinte, ce salopard là. Il espérait sans doute en récolter quelques gloires et pourquoi pas une petite fortune à la clef. Qu’en sais-je encore ? Ce qui est sûr c’est qu’il a ruiné la vie d’une mère, et d’un fils. Déshéritée par amour, c’est ce qu’elle fut. Elle me mit au monde dans la crasse des beaux quartiers ; les moches, quoi. Elle en est morte, maladie post-natale ou un truc dans ce genre-là. Sans argent, sans rien il a décidé de me délaisser tout petit. Mais je l’ai vu tous les jours que dieu fit pour mon anniversaire. Quelle chance… Il avait appris par le plus grand des hasards qu’un héritage brulant m’attendait à la banque, source d’une vie de luxe. Intouchable jusqu’à mes dix-huit ans. Ironie de la vie, je n’ai jamais voulu lui en donner un seul, de cet argent. Comme n’importe qui d’autre il avait essayé de me manipuler, mais je n’étais pas de ces gens-là. Mon cœur n’était pas fait comme celui d’une mère, de la mienne. Ni du sien. C’était le mien.



    ΞΨΟ
    xi psi omicron

J'entre dans ma vingt-sixième année.
Il me semble que je suis célibataire. Mais Don Juan.
Plutôt Pour la Rébellion.

Libre Pris(e)




MEDIAM NOCTEM © 2011 Candids
copie totale ou partielle interdite.



Dernière édition par Mediam Noctem le Mar 17 Mai - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: « Tentons de continuer à vivre, juste vivre. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Tentons de continuer à vivre, juste vivre. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MEDIAM★NOCTEM :: 
Préambule
 :: Les Registres de la Maison Dorée :: Les postes vacants
-
Sauter vers: